Retour accueil

Vous êtes actuellement : CARRIERE  / Retraites 


INFORMATION RETRAITE : une conquete sociale à défendre !!

samedi 13 octobre 2018

on y est ... on s’en doutait, c’est d’actualité et ça arrive à grands pas, les fonctionnaires ne seront pas épargnés par cette réforme. Mais une réforme, c’est pour du mieux, normalement, non ?

Voici un point sur le système actuel, et le système à venir.

HISTORIQUE

Système issu du conseil national de la Résistance, mis en place dès 1945 par Ambroise Croizat, ministre communiste, à qui on doit aussi la Sécurité sociale.

Création du régime général pour l’ensemble des salariés du privé. Certaines professions ont préféré gardé leur autonomie, ce qui a créé plusieurs régimes.

ACTUELLEMENT

Les 2 principaux régimes ( régime général du privé , 71% et régime de la fonction publique,17%) couvrent 88% des salariés ; les 33 autres régimes couvrent les 12% restant.

- Tous ces régimes sont fondés sur la RÉPARTITION : les cotisations sont versées par les actifs et financent directement ( sans passer par les banques, les assurances, les fonds de pension) les pensions des retraités. Basé sur la solidarité entre générations.

- Le système est à prestations définies : le mode de calcul permet de savoir à l’avance ce que l’on percevra comme pension.

- Le système est contributif : les droits sont proportionnels aux montants cotisés.

- Le système est solidaire : afin de réduire les inégalités, des éléments non contributifs ont été créés, minimum vieillesse, pension de réversion ( concerne 4,1 millions de personnes, validation de trimestres pour les carrières heurtées ( chômage, accident, maternité, invalidité, maladie), bonification pour 3 enfants. Ils ne paient pas de cotisations mais acquièrent néanmoins des droits.

-  Pour les fonctionnaires : calcul sur les 6 derniers mois, les primes ne sont pas prises en compte.

PROJECTIONS

- Déjà toutes les précédentes réformes participent d’une chute continuelle des pensions, qui, de plus, décrochent fortement par rapport aux salaires. On dégrade progressivement les pensions et , progressivement, ce système insécurisant pousse les gens à se tourner vers d’autres systèmes. ( En 3 ans, plus d’un mois de pension pris dans la poche des retraités : gel des pensions, CSG, CASA, CRDS).

Ce nouveau système s’avère défavorable à l’ensemble des futurs retraités et plus particulièrement aux fonctionnaires.

- Le système par points : On cotise, c’est transformé en points, le cumul de points est transformé en pension. L’équilibre financier est chaque année lié et ajusté sur la valeur du point qui est revue en fonction de l’état des finances. On sait ce que l’on verse comme cotisation, mais il est impossible de faire une projection sur ce que l’on percevra comme pension.

- Pas de point gratuit : Si cela est effectif, il y aura beaucoup moins de solidarité ( aujourd’hui 23% des pensions versées sont des dispositifs solidaires).

- Ne pas toucher à la limite d’age : soi-disant pour offrir plus de liberté à chacun de partir à l’age qu’il souhaite. Mais c’est illusoire puisque le nombre de points à cumuler pour avoir une carrière complète ne permettra pas de partir dès l’ouverture des droits.

-  Pour les fonctionnaires  : le calcul se fait en prenant en compte toute la carrière et non plus les 6 derniers mois, en intégrant les primes. ( sauf qu’il y a très peu de primes pour les enseignants et qu’elles sont réparties de façon très inégalitaire en fonction des missions. ) Cela ferait baisser la pension de 20%.

Le calcul sera t il indexé sur l’espérance de vie ? Jean Paul Delevoye annonce que la solidarité ne sera pas touchée, mais sans point gratuit comment faire, si ce n’est transférer sur l’impôt ce qui est actuellement financé par les cotisations ?

Il y aurait fusion des systèmes pour le principe de la réversion  : - aujourd’hui 54% de la pension du conjoint décédé est reversé dans le privé, 50% dans le public ; donc demain si les systèmes fusionnent, c’est 50% pour tous ? - Pas de condition d’age du conjoint mais durée de mariage de 4 ans dans le public, age de 55 ans et pas de durée dans le privé : donc demain, durée de mariage et condition d’age pour tous ? - Perte des droits en cas de remariage dans le public, pas dans le privé : demain, perte des droits pour tous ? L’égalité ce n’est pas le nivellement par le bas, mais le meilleur pour tous !

La communication du gouvernement présente la réforme sous un aspect social et de justice. Dans les faits , elle répond :
- aux désidérata de la commission européenne qui estime qu’en France le poids des retraites avec 14% du PIB est trop important % aux autres pays.
- à la finance qui espère un accroissement des cotisations de fonds de pension.
- à la facilité de baisser les pensions.

Nous n’en sommes qu’au début de la communication des premiers éléments de cette réforme.

D’autres infos sont à venir. Nous vous informerons au fur et à mesure.

Le projet est prévu d’être finalisé en janvier 2019.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan