Retour accueil

Vous êtes actuellement : METIER  / Fonctionnement de l’école 


[IA] Le 2 juin : Mise à jour du 29 mai

vendredi 29 mai 2020

Le SNUipp tente d’obtenir toutes les informations afin de rendre l’organisation des équipes la plus efficiente possible : ne perdons pas de temps comme au 11 mai à jongler entre les discours contradictoires ! État des lieux sur la reprise, les personnels vulnérables, les 2S2C, le distanciel ...

MISE A JOUR du vendredi 29 mai

Les annonces ministérielles d’hier ont rappelé le respect strict du protocole dans cette 2ème phase du déconfinement. Donc, rien ne change sur les conditions sanitaires d’accueil et le nombre d’élèves par groupes accueillis en élémentaire et en maternelle.

Concernant le temps de l’organisation de juin :

Comme pour le 12 mai, les enseignants demandent du temps !

L’IA précise qu’il n’y aura pas de journée entièrement libérée d’élèves, mais il est possible de prendre le temps de s’organiser à partir du 2 juin, en fonctionnant à l’identique de mai, ou en ajustement, jusqu’au 8 juin pour la mise en place définitive des groupes. Pour l’IA, le 2 juin n’est pas une date butoir, par contre le 8 juin, tout doit être calé.

Les contextes d’écoles étant très divers, le SNUipp redit la liberté des équipes à s’organiser d’ici le 8 juin, en lien avec les mairies. En cas de dépassement du nombre maximum, prévenir la mairie et l’IEN. Un accueil partiel, en alternance, est possible.

Concernant les personnels vulnérables : Rien de nouveau n’est paru au BO depuis le 11mai. La circulaire nationale est toujours en vigueur.

Le ministre a annoncé 2 positions administratives possibles : le maintien en télétravail quand c’est possible ou la prise en charge à 100% par l’Assurance maladie (arrêt maladie).

Nous contacter si vous vous trouvez en difficulté.

Concernant le dispositif 2S2C ( sport, santé, culture, civisme) :

Plusieurs constats  : - Ce dispositif, pour la grande majorité des communes, ne sera pas mis en place le 2 juin.

- Pourtant l’administration compte sur cette organisation des mairies pour permettre l’accueil de tous les enfants dont les familles en font la demande.

Mise en œuvre : Soit la mise en place se fera entre le 2 et le 8 juin, soit elle ne se fera pas car rien n’est obligatoire pour les mairies.

Des problèmes vont clairement se poser lorsque le nombre d’élèves sera supérieur aux seuils sans accueil municipal prévu.

Concernant le distanciel :

La hiérarchie conseille de tout basculer sur le CNED. En réalité, les enseignants ont à cœur de maintenir un lien en rapport avec la vie de la classe. Mais la charge va clairement être maintenant trop importante pour continuer à articuler présentiel et distanciel. Nous vous invitons à alléger le travail car NOUS DEVONS NOUS ECONOMISER ! Des exemples d’organisation de collègues nous ont été soumises : Communiquer à minima les compétences à travailler jusqu’au 4 juillet en joignant les plans de travail des CPC en lecture, production d’écrit, maths...

Mise à jour du 27 mai

le 2 juin : un ministère et une administration loin d’être à la hauteur.

Hier se tenait un Groupe de Travail « réouverture progressive des écoles ». Ce GT avait pour objectif d’organiser la date du 2 juin, nouvelle étape de la réouverture des écoles. Sans grande surprise, les échanges ont été décevants, l’inspection académique n’ayant aucune information. La réunion s’est donc tenue autour de la même rengaine : l’attente des annonces ministérielles prévues ce jeudi.

Le SNUipp-FSU42 ne peut cautionner un fonctionnement où toute la profession est pendue aux lèvres d’un ministre (au bilan d’ores et déjà déplorable). A quoi servent tous les échelons hiérarchiques de l’administration si nous devons recevoir les informations que nous sommes légitimement en droit d’attendre par voie de presse, deux jours ouvrables avant un changement de fonctionnement important ?

À défaut d’orientations et d’instructions lisibles et anticipées, le SNUipp-FSU42 appelle l’ensemble des écoles et des équipes à différer tout changement d’organisation au 8 juin, dans l’intérêt du service et/ou à prendre en conseil des maîtres ou en conseil d’école, les décisions que l’administration n’a pas su prendre afin de pouvoir accueillir au mieux les élèves dans les jours à venir.

Le SNUipp-FSU42 a interpelé l’administration car sur le terrain, il ne s’agit plus d’attendre mais d’agir et d’organiser. La réponse est la suivante : il ne s’agira pas pour le 2 juin d’inventer un nouveau système mais bien « d’optimiser » (sic) les organisations déjà fonctionnelles dans les écoles. Éblouie par sa vision managériale de l’école publique, l’inspection se garde bien de donner les outils et repères nécessaires à cette « optimisation » (comprendre : accueillir plus d’élèves).

Pour le SNUipp-FSU42, c’est inacceptable, la situation du 11 mai est en train de se reproduire. Le silence de la hiérarchie pousse les équipes à se débrouiller seules sur le terrain. Enseignants, AESH, familles et enfants, comme il y a 15 jours, ne sont pas respectés. Administrativement, nous n’avons reçu aucune réponse. L’administration se limite à dire que la part du travail à distance va réduire au profit du présentiel. Mais aucune précision sur les ASA n’accompagnent ces propos.

A noter que maires, directeurs, représentants du personnels présents ont toutes et tous demandé à ce que les modifications d’accueil ne soit effectives que pour le 8 juin. Le temps étant la clé d’une organisation réfléchie et sereine. L’administration répond que cela n’est pas discutable, que cela dépend du ministère.

Concernant la mise en place des 2S2C (sport santé culture civisme, dispositif visant à ouvrir l’accueil des enfants aux structures extra-scolaire sur le temps d’école), cela reste flou. « Cela va se mettre en place » nous répond-on. Quand ? Comment ? Où ? Pas de réponse.

Notons enfin que la réunion se tenait à distance et qu’elle s’est « subitement » arrêtée après 1h15 d’échanges car la salle virtuelle fermait. Est-ce un problème technique, un défaut d’organisation ou une façon de réduire les échanges ? Nous n’en savons rien puisque aucune information ne nous est parvenue ensuite.


CHSCT du 12 mai ; CTSD du 14 mai ; CTA du 14 mai

Des réponses à nos questions, oui, mais trop tard pour le SNUipp-FSU. Nous continuons de dénoncer le calendrier trop tardif de la DSDEN.

Un document du CTA nous a enfin été communiqué jeudi 14 mai ! Il fournit un cadrage très clair sur la conduite à tenir en fonction des différentes positions des agents et leurs modalités de travail :

PDF - 391.8 ko
Modalités d’activité des personnels du 11 au 31 mai 2020

Le SNUipp-FSU42 a posé la question de la position des agents dès le 04 mai. Ensuite, à chaque réunion ou entrevue, nous avons rappelé la nécessité d’un cadrage écrit. Alors que le ministère communiquait sur les possibilités de télétravail ou sur les cas précis nécessitant des ASA (le 05 mai puis le 07 mai), nous n’avions toujours pas de cadrage écrit ni du rectorat ni de la DSDEN. Le recteur a communiqué par mail le 07 mai, la DSDEN a rédigé des instructions le 12 mai et finalement le jeudi 14 mai, le rectorat a présenté en CTA, un cadrage écrit qui contredit à la fois le mail du recteur et la DSDEN de la Loire !

Il aura fallu attendre presque deux semaines pour obtenir un cadrage écrit, qui reprend toutes les situations précisément, qui s’applique à tous les personnels de l’académie et qui s’aligne sur les instructions ministérielles. Alors que les équipes ont trouvé des organisations, alors que des réponses sont encore en attente, alors que les écoles ont repris depuis 4 jours, les organisations syndicales obtiennent enfin un cadrage clair ! Ces errements sont très irrespectueux des agents, nous avions alerté depuis longtemps sur ces sujets à tous les niveaux (national, académique et départemental).

Le changement principal tient à la possibilité, pour le mois de mai, de rester en télétravail pour garder ses enfants, il suffit de prévenir l’IEN, et l’ouverture de l’école de votre enfant ne peut pas être vue comme une solution de garde puisque vous avez le choix de ne pas mettre votre enfant à l’école.

Ce que le ministère a dit depuis 10 jours est finalement arrivé par "pigeon voyageur" hier au rectorat de Lyon !

Attestation pour demande d’ASA, document officiel issu du CTA :

PDF - 174.1 ko
ATTESTATION SUR L’HONNEUR pour demande d’ASA

CTSD (comité technique départemental) du 14 mai

PDF - 110.9 ko
Protocole reprise DSDEN

Ce protocole est validé par l’IA-DASEN, à lire pour avoir le cadre de base

PDF - 96.2 ko
Déclaration FSU42

Les questions du SNUipp/FSU en gras et les [réponses de la DSDEN] en italique.

PROTOCOLE SUSPICION OU CAS COVID

[SUSPICION : Protocole simple communiqué aux directeurs et directrices qui doit être scrupuleusement suivi. Interface avec l’ARS géré par l’IA et le médecin conseiller technique. OBLIGATION pour directeurs et directrices de faire remonter nom, prénom, numéro de téléphone de la famille. Ce n’est pas à l’équipe de prendre en charge les appels des cas contacts, c’est l’ARS qui fera le suivi.

ATTENTION n’attendez pas, aux moindres doutes, il faut isoler les enfants et appeler les familles.

Problème thermomètre !! La température n’est pas le seul symptôme donc alerter aux moindres doutes

ATTENTION : GRANDE VIGILANCE pour suivre les groupes et les adultes présents, afin de pouvoir communiquer les cas contacts à l’ARS si besoin.

ATTENTION au temps méridien se déroulant à l’école, car les groupes peuvent être mélangés. Il faut simplement que les élèves soient bien repérés pour pouvoir remonter les cas contacts en cas de suspicion.

C’est l’ARS et le PRÉFET qui donnent la conduite à tenir en cas de suspicion ou de cas avéré.

La fermeture d’une école est une mesure préfectorale mais la suspension temporaire de l’accueil des élèves est une décision du maire.

Une dizaine de personnes sont recensées pour être mobilisées à n’importe quel moment pour remplacer un collègue ayant des symptômes.]

LES RENFORTS :

SNUipp/FSU La situation des directeurs en difficulté, souvent dans les petites structures où le personnel en présentiel est faible. Le ministre a parlé de décharge supplémentaire, même si vous avez annoncé au CHSCT d’hier que les moyens en remplacement n’étaient pas suffisants, ils doivent être aidés.

Le déploiement de personnels en renfort sur les sites où le présentiel n’est pas assez important. Qui est en renfort ? Où ? Quand ?

La situation des petites écoles qui de fait ont peu d’enseignants et sont tous en présentiel à temps plein, comment les aider à assurer le distanciel pour les élèves non accueillis ? Ils ne peuvent cumuler les deux situations mais quelles solutions leur sont données ?

[Inquiétudes pour la suite, sur le manque de personnel. L’IA se garde, pour l’instant, de mobiliser toute la réserve de personnel.

TR : ouverture progressive des écoles, l’IA veut faire le point des besoins et des PE présents, à compter du 18/05. A partir du 25/05, toute la brigade de remplacement sera dédiée au renfort pour étayer les écoles et pour soulager les personnels.

Les compléments de service pourront rester dans une école si il y a plus de besoin par rapport à une autre.]

Avant le 25/05, il serait impératif de prioriser les renforts pour les décharges de directeurs et directrices qui en ont besoin, notamment les petites écoles.

SNUipp/FSU Problème pour les petites écoles qui sont en tension, en effet, tous les personnels sont en présentiel avec une mobilisation totale, et comment faire alors le distanciel ?

[Pour l’IA les renforts ne sont pas prévus pour réaliser le distanciel. En cas de difficultés à réaliser le distanciel]. Pour nous, il faudra prioriser et informer votre IEN pour solutionner chaque cas.

Des personnels sont contraints d’abandonner leur mission, n’étant pas en charge de classe, certains sont volontaires, ont - ils été recensés et sollicités pour venir en renfort dans les écoles en tension ?

[Ces personnels ne sont pas en renfort systématique pour l’instant, uniquement si besoins définis par l’IEN]

[RASED, EMPR, CPC peuvent être missionnés si renfort nécessaires définis par l’IEN, pas de dispositif spécifique pour le moment. Pour l’instant, pas forcément de missions en présentiel, l’IA va cibler les cas d’élèves qui auraient du mal à gérer les gestes barrières ou autres, ces personnels pourraient donc être mobilisés pour encadrer un ou deux élèves en particulier.]

SNUipp/FSU Réelles inquiétudes pour le mois de juin car déjà les groupes à 15 c’est très difficile à tenir.

[Articulation école/municipalités, y compris sur le temps scolaire pour que le péri-scolaire aide les écoles. Développement en cours du dispositif 2S2C ( activités périscolaires mairie organisées sur le temps d’école) notamment pour le mois de juin.]

LE MATÉRIEL :

SNUipp/FSU L’attente de matériel de protection sur les sites : nombre insuffisant de masques adultes, pas de gel hydroalcoolique pour les adultes, pas de produit désinfectant pour les adultes partageant inévitablement le téléphone, les ordinateurs, pas de thermomètres. Les mairies sont appelées par les équipes à dépanner pour parer à la pénurie.

En cas de manque flagrant de matériel, nous demandons que la DSDEN donne des garanties aux équipes pour intervenir et acter la non-ouverture temporaire de l’école (en communiquant avec le maire et les parents).

[En priorité : gel livré aujourd’hui ou demain au plus tard, par le rectorat : 100ml par agent (livraison individuelle et rechargeable).

Thermomètre et lingettes, livraison rapide mais ultérieure.

Si problèmes de désinfection ou de matériel : faire remonter l’information à IEN et mairie. En cas de problèmes, prévenir rapidement car DSDEN en lien avec la Préfecture spécifiquement sur ces sujets.

Usage des masques ou visières : le port de la visière n’exempte pas du port du masque.]

AESH

SNUipp/FSU L’inquiétude bien légitime de tous les personnels (AESH et PE) qui travaillent auprès de certains enfants ou adolescents en situation de handicap pour lesquels une protection renforcée est nécessaire. Leur position en cas de non retour de leur élève pris en charge ?

[AESH : plan de formation du rectorat, au volontariat, pour se former au travail à distance + infos académiques + FAQ ministérielle pour répondre aux questions générales.

[Pour le moi de mai, c’est très clair les AESH ont le choix si l’élève suivi n’est pas scolarisé : l’agent peut rester chez lui, en travail à distance (même modalité ou travail que pendant le confinement) ou bien rejoindre l’école en présentiel. La DSDEN centralise la communication pour tous les types de contrats AESH.]

SERVICES MÉDICAUX ET SOCIAUX

SNUipp/FSU Comment et quelles possibilités pour interpeller psychologue scolaire, médecin scolaire, infirmière scolaire si besoin ? Aucune info ne nous est parvenue.

[Le fonctionnement ordinaire est en place, CMS en route, infos aux directeurs d’une adresse dédiée pour faire remonter les difficultés, les situations difficiles.

Services sociaux mobilisés pour aller chercher les enfants qui sont décrocheurs, mobilisation des AS.

AUTRES

SNUipp/FSU Les IEN ont appelé les personnels à temps partiel afin qu’ils soient tous présents le lundi 11 mai, or ils n’ont pas de possibilité de faire d’échanges de service. Quelle compensation ?

[La DSDEN ne répond pas à cette demande, et ne donne pas de solution, pourtant les quotités de service doivent être respectées.]

SNUipp/FSU Comment est il possible que les directeurs aient pu gérer l’ouverture des écoles quand elles sont sur plusieurs sites ? ( RPI, gros regroupements ….).

[Les directeurs et directrices ne sont pas seuls en charge de l’organisation.]

Le SNUipp-FSU42 a redit l’énorme travail qui repose sur les épaules des directeurs et directrices même avec l’implication et l’aide des adjoints, ils restent très sollicités.

[Rémunération ou indemnisation : traitements et indemnités garantis, indemnisation REP/REP+ maintenue, pas de distinction présentiel/distanciel. Rémunération et/ou indemnisation pour le travail en école cible : toujours pas de nouvelles, ni de réponses, aucune instruction du ministère.]

CHSCT départemental du 12 mai

PDF - 75 ko
CR FSU CHSCT 12 mai

La déclaration liminaire :

PDF - 117.2 ko
Déclaration liminaire

Mr Thomas fait un bilan de la situation dans le premier degré : toutes les écoles de la Loire vont ouvrir (même si toutes n’ouvrent pas le même jour) deux en question : une car il n’y a pas d’élève, l’autre car il y a une suspicion sur une ATSEM. Entre 20 % et 80 % des élèves ciblés (CP-CM2) sont accueillis. Cela dépend des écoles, mais globalement, l’IA est inquiète car c’est dans les écoles REP et REP+ que les élèves reviennent le moins. Dans la Loire, il a été choisi de prioriser les GS/CP/CM2, et les fratries associées à ces niveaux. En REP, les CE1 ont été ajouté comme public prioritaire. Deux objectifs à cette ouverture : éducation aux gestes barrières + lecture-écriture-mathématiques. Inscription sur la période pour ne pas changer les effectifs chaque jour.

Fonctionnement d’école / établissement :

L’IENA assure que c’est l’organisation locale pertinente qui prime. Ce qui l’intéresse, c’est que les enfants en droit d’être accueillis le soient. Les IEN vérifient simplement s’il y a bien moins de 15 élèves par groupe et s’il y a bien un enseignant avec chaque groupe. Ce qui veut dire que toutes les personnes non-indispensables auprès des enfants peuvent rester en distanciel. Cela n’a rien à voir avec les ASA.

Les ASA (qui spécifient que l’on ne travaille pas) sont accordées avec traitement aux personnes vulnérables, ou vivant avec (sur certificat médical) ou aux personnes sans solution de garde d’enfant de moins de 16 ans (sur justificatif de la structure qui n’accueille pas), et ne pouvant assurer de distanciel. Dans le cas où l’on voudrait travailler à distance (pour n’importe quelle raison), on peut le faire du moment que cela n’impacte pas l’organisation du présentiel, en accord avec l’organisation en équipe d’école. Cela signifie également que pour les collègues ayant besoin d’horaires adaptés (car pas de périscolaire par exemple), n’ont pas à le signaler mais doivent simplement le faire prendre en compte dans l’organisation de l’école.

Comme les informations des derniers jour sur les ASA ont amené un doute, la situation des collègues peut se régulariser jusqu’au 18 mai. Les compléments de service sont assurés normalement si nécessaires. Le but étant de limiter les déplacements dans les écoles, il est demandé, quand cela est possible, de prioriser les postes fractionnés sur le travail en distanciel, fait à domicile.

Les décharges de directeur supplémentaires ne seront pas mises en place car il n’y pas assez de moyens de remplacement. Encore une fois, cela est possible si l’organisation au sein de l’école le permet.

Les remplaçants : il y a très peu de TR encore disponibles. Ceux qui sont encore libres participent à l’organisation dans leur école de rattachement mais seront sollicités si besoin. Ils pourront être appelés en renfort en cas de manque d’enseignants pour le présentiel dans les écoles. Nous demandons à ce que cela se fasse rapidement, pour que les équipes d’écoles auxquelles ils sont rattachés puissent les intégrer dans l’organisation de l’école et pouvoir compter sur eux dans la durée.

De façon générale, pour les personnels itinérants, la règle est de faire le moins de déplacements possible. Pour les AESH concerné.es, il n’y aura pas de déplacement sur deux établissements dans la même journée. Cette règle fonctionne également pour les PIAL. De même, tout personnel non essentiel n’a pas à être sur le site. Les équipes en tension notamment à cause du manque de moyens pour assurer le distanciel : Mr Batailler l’a dit, on ne peut bien évidemment pas demander aux collègues de décompter cela des 108h.

Tant que les élèves du secondaire ne sont pas accueillis, il a été demandé aux infimier.es d’être déployé.es sur le 1er degré. Concernant les personnels RASED : il n’y a pas de directive départementale. Cela est géré au niveau des équipes de circonscription. S’il y a un complément d’information, cela sera ajouté au CR.

Une fermeture d’école, même très provisoire, demande un travail étroit entre IEN, maire, sous-préfet et ARS. Les équipes doivent donc s’adresser à l’IEN et à la mairie en cas de problème. Il est préférable de traiter le moindre doute a ajouté Mr Batailler.

Il a été envoyé aux directeurs (via IEN) les protocoles si cas suspecté ou avéré. Une adresse mail leur a été donnée pour toutes questions sanitaires ou d’organisation.

Concernant le second degré, les règles sont pour la plupart identiques au 1er degré : ASA, livraison de msques, limitation au maximum des déplacements.

Matériel :

Les livraisons de masques ont été faites dans les écoles et sont en train d’être faites dans les collèges et lycées. Les livraisons se feront ensuite au fur et à mesure. Si les masques viennent à manquer, c’est l’IEN ou le chef d’établissement qui prévient l’IA. L’IA assure qu’elle sera en mesure d’en fournir. Mr Batailler a réaffirmé qu’il n’est pas question de fonctionner sans masque. Gel, lingettes et thermomètre : la commande a été passée. Le retard est dû au délai de livraison. Mais tous les établissements seront équipés de ces matériels. En attendant, il faut fonctionner avec ce qu’il y a sur place, à savoir le savon et la javel fournis par les mairies. L’entretien et le lavage des masques réutilisables fournis par l’IA sont assurés par chaque agent.

AESH :

Il n’y aura pas de protection supplémentaire, ni de matériel spécifique (FFP2 ou blouse). Les AESH doivent s’appuyer sur la FAQ mise en place à ce sujet. Le gel livré aux écoles doit aller prioritairement aux AESH, personnels les plus exposés. Il est demandé aux AESH pour qui la distanciation physique n’est pas possible de changer rigoureusement de masque comme indiqué sur les notices d’utilisation.

ASH :

Les élèves d’ULIS sont accueillis dans leur école avec le coordonnateur. Des aménagements sont possibles au sein des équipes si cela s’avère pertinent. Les unités externalisées ne fonctionnent pas pour le moment (encore une fois sauf organisation locale pertinente exeptionnelle).

EPS :

Mr Batailler et Mme Petit renvoie les collègues, comme pour les récréations, au protocole. Pour les équipes d’EPS, il leur appartient, à partir du protocole et des lettres de cadrage des IPR, d’organiser et de proposer les pratiques les plus pertinentes en fonction du contexte.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan