Retour accueil

CAPD permutations / CAPPEI / Situations critiques

mercredi 31 janvier 2018

La CAPD fixant les barèmes des permutations inter-départementales a eu lieu ce mardi 30 janvier. Le SNUipp-FSU 42 a bien évidemment abordé d’autres points importants pour la profession.

Si vous souhaitez postuler pour le poste d’enseignant EN UNITÉ LOCALE D’ÉTABLISSEMENT PÉNITENTIAIRE (ULE), au Centre pénitentiaire de Roanne, la circulaire est sortie sur le site de l’IA de 31/01/18 (attention, délai très court).

Compte rendu de capd

PERMUTATIONS INTER-DEPARTEMENTALES

Les demandes de permutations sont à peu près constantes par rapport à l’année dernière (58 pour 51 l’année dernière). On retrouve les mêmes caractéristiques dans le mouvement interdépartemental informatisé de cette année :

- 16 demandes pour rapprochement de conjoint
- 4 situations particulières
- un très grand nombre de demandes pour la Haute-Loire

Le SNUipp-FSU 42 fait un point, chaque année, lors de cette CAPD, des permutations de l’année précédente.

Au plan national : les résultats sont globalement semblables à l’année précédente, 23,93% de satisfaction contre 23,95% en 2016 et 48,96% en rapprochement de conjoint (47,28 l’an passé). Beaucoup d’enseignants vont se voir à nouveau contraints à des choix difficiles entre leurs aspirations professionnelles et leur situation personnelle. En revanche, le taux de satisfaction au plan départemental est en nette baisse par rapport à l’an passé :
- collègues quittant la Loire : 26% de satisfaction contre 38% en 2016
- collègues entrants dans la Loire : 17.5% de satisfaction contre 19.5% en 2016.

3 collègues ont bénéficié d’une bonification compte tenu de leur situation personnelle et/ou médicale.

Les chiffres du mouvement inter-départemental évoluent peu, il est difficile de dégager une tendance sur plusieurs années. Il est difficile d’anticiper, et les mêmes blocages apparaissent chaque année. Le SNUipp/FSU est attaché au droit à la mobilité qui est garanti par le statut de la fonction public. L’accès effectif à ce droit doit encore s’améliorer dans l’intérêt des personnels et dans l’intérêt du service public d’éducation. La profession serait certainement plus attractive si la mobilité des personnels volontaires pouvait être garantie ; ce droit fait partie des leviers permettant d’améliorer les conditions de travail.

MOUVEMENT ET CAPPEI : Il faut reconnaître les spécialités

L’IA de la Loire propose de ne plus tenir compte des anciennes options et des différents parcours professionnels du CAPPEI pour les opérations de mouvement. Un personnel détenteur du CAPASH ou du CAPPEI pourrait solliciter tout poste spécialisé à titre définitif. Cette interprétation des textes dénie aux agents leur spécialité et leurs missions particulières. La réforme du CAPPEI maintient bien des parcours de professionnalisation distincts, et prévoit que les personnels qui souhaitent se préparer à d’autres fonctions peuvent participer à un module de professionnalisation permettant « une mobilité personnelle ». Le SNUipp-FSU a été reçu en audience par le ministère qui confirme son retard dans l’information des recteurs et des DASEN concernant la mise en œuvre des nouvelles dispositions en termes de mouvement. Il s’accorde sur l’importance de différencier les parcours.

Cette nouvelle règle départementale du mouvement n’a pas été discutée en groupe de travail avec les organisations syndicales, ce qui pose un problème de transparence et d’égalité.

Le SNUipp-FSU 42 demande le maintien des spécialités et des parcours dans le cadre du mouvement. Nous demandons que les collègues qui postulent sur des postes d’une autre spécialité bénéficient d’un des modules du CAPPEI, soit un module d’approfondissement, soit un module de professionnalisation (52h)

L’IA propose un simple accompagnement départemental sans garantie sur les années à venir. Il s’agit d’une question de mouvement, les collègues doivent tous bénéficier du même temps et des mêmes garanties de formation sur le long terme. Le SNUipp-FSU 42 demande l’application des textes sur cette question.

SITUATIONS CRITIQUES,

élèves avec troubles sévères du comportement

Le SNUipp-FSU 42 suit de très près les situations des écoles rencontrant des difficultés avec les élèves atteints de troubles sévères de l’attention et qui ne bénéficient pas encore d’accompagnement et de notification MDPH. Dans certains cas, la santé des personnels est mise à rude épreuve. Depuis 3 ans, nous travaillons sur ce dossier afin que l’administration puisse intervenir rapidement. Le CHSCT, dont le secrétaire est un élu SNUipp-FSU 42, doit être saisi en cas de problèmes sérieux. Les circonscriptions ont les moyens d’intervenir en utilisant des moyens humains pour venir renforcer temporairement l’équipe :
- intervention des CPC
- TR maître supplémentaire
- aménagement de l’emploi du temps de l’élève
- déscolarisation partielle temporaire (qui doit être construite, non systématique)

C’est ce que nous avons porté en CAPD, l’IA est d’accord pour envisager ce type d’interventions. Les écoles ne doivent pas resté isolées. Informez très tôt l’IEN, n’hésitez pas à nous joindre.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan