Retour accueil

Un clocher, une école, c’est vraiment fini ?

vendredi 2 mars 2018

CARTE SCOLAIRE : Le SNUipp/FSU 42 répond à l’article du Progrès où le DASEN s’exprime sur la question de la carte scolaire.

PDF - 20.1 ko
Article du progrès

La réponse du SNUipp

Les formules à l’emporte pièce sont là pour frapper l’opinion, elles servent de vérités révélées sur lesquelles il n’y aurait pas à revenir. Elles cachent les vraies raisons inavouables devant l’opinion publique.

La tirade de Monsieur de Directeur Académique est trop courte, il aurait dû ajouter : « Elle coûte trop cher ... en postes ! »

Car c’est bien là le fond du problème, regrouper les classes, créer des groupes scolaires importants permettra des économies budgétaires substantielles.

Il est bien plus facile de fermer une classe dans une école à plus de 10 classes que dans l’école du village qui n’en compte que 2 ou 3. On pourra aussi y installer un « chef d’établissement » véritable "voix de son maître" chargé de gérer « au mieux » ces mini collèges primaires.

Non, Mr le Directeur académique, l’école rurale ce n’est pas fini, la population est attachée à ce service public de proximité, les élus investissent dans ce cœur même des territoires. Penser rayer d’un trait de plume l’École Publique, et notamment rurale, c’est oublier que d’autres s’y sont cassés les dents dans la Loire.

Quant à la baisse démographique d’une précision diabolique (- 333 élèves !) elle revient à environ 0,75 élève par école si on la divise par le nombre d’écoles ligériennes... Pas de quoi en faire une querelle de clocher.

JM BOUDOT

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan