Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Grèves/Manifs/Rassemblements 


[Revend] Audience IA-DASEN du mardi 10 novembre

jeudi 12 novembre 2020

Dans le cadre de la journée de grève et de mobilisation du mardi 10 novembre, l’intersyndicale FSU (SNUipp, SNES et SNEP), CGT, SUD et FO a été reçue en audience à la DSDEN.

Présents : M. Poggioli (IA-DASEN), Mme PETIT (DAASEN), Mme Khéder (SG), un représentant pour chaque organisation syndicale (6).

L’intersyndicale a porté des revendications pour l’ensemble du système éducatif : primaire, secondaire, PE, PCL, AESH, AED élèves...

Nous faisons part ici des revendications et des discussions autour du primaire.

DES CONSTATS

- L’intersyndicale fait le constat d’un service public d’éducation qui fait l’objet d’un sous investissement chronique, sans vison à long terme. Ceci a eu pour résultats de ne laisser aucune marge de manœuvre pour anticiper et amortir la crise sanitaire.

- L’état de l’école primaire en France ne permet pas de mettre en œuvre les protocoles sanitaires convenablement. Les directives ministérielles mettent les équipes dans des contradictions qui ne reçoivent aucune réponse :

Pas de brassage des élèves : mais comment faire avec le manque de remplaçants ?

Distanciation physique : mais comment faire dans des locaux exigus ou avec des effectifs trop chargés ?

Obligation de nettoyage et désinfection ? Comment faire sans personnels communaux suffisants ?

- Les revirements incessants nous mettent en colère :

En septembre les enfants "ne transmettaient pas le virus" ou "étaient peu porteurs" aux dires du Haut Conseil de la Santé Publique. Ceci a entrainé un effacement des cas contacts en primaire dès le 17 septembre.

Quelques semaines plus tard : obligation du port du masque pour les enfants de 6 ans et plus !

- Les modes de communication du ministère auprès de ses agents sont flous, anxiogènes et anormaux pour un ministère : FAQ, vidéos, mail, passage dans les media, mise à jour sans avertir les personnels, multiplication des directives, des décrets...

Le ministère s’adresse directement aux directrices et directeurs. Les DSDEN et les circonscriptions sont parfois oubliées. Les directrices et directeurs ne sont pas des chefs d’établissement.

- Les directives contradictoires, notamment entre le plan vigipirate et le protocole sanitaire, et les mesures changeantes mettent les équipes dans l’insécurité juridique. Les directeurs et les directrices sont sommés de prendre des décisions qui engagent leur responsabilité, la santé et la sécurité des personnels et des usagers. Le "si possible" du ministère est un piège qui renvoie à la responsabilité des équipes des choix sanitaires majeurs (distanciation, brassage, nettoyage...). En plus des aspects juridiques cela provoque parfois des tensions au sein des équipes et des écoles (rapport avec les élèves, les familles). Les familles ont parfois du mal à comprendre l’hétérogénéité des réponses entre les différentes écoles et les annonces "tous azimuts" du ministère.

DES REVENDICATIONS

- Besoins impérieux de moyens humains : recrutement de PE sur la liste complémentaire du concours 2020, pour assurer les remplacements et permettre d’alléger les effectifs

- Recrutement de personnels municipaux. L’État doit abonder un fond d’aide aux collectivités territoriales pour aider les équipes dans les écoles

- Besoin d’équipements de protection réglementaires : masques efficaces en nombre suffisant, gel, savon. Points d’eau suffisants.

- La prise en compte des personnes vulnérables ou des cas particuliers : ASA, télétravail ou fournitures de masques chirurgicaux type 2 selon les cas.

- Protection renforcée pour les AESH et les personnels qui sont au contact d’élèves qui ne portent pas le masque (pour raison de santé ou cas d’élèves à besoins éducatifs particuliers)

- Nécessité d’une communication locale claire, sans ambiguïté et à jour, permettant aux équipes de ne pas travailler "à vue". Nous demandons à la DSDEN de faire le travail de recension et de mise à jour pour aider les équipes et gagner du temps

-  Il y a urgence à communiquer des procédures à jour : personnels vulnérables, cas contacts, cas positifs...

DES RÉPONSES INQUIÉTANTES

La DSDEN ne mesure pas l’état "d’urgence" dans les écoles, la colère et le ras-le-bol. Nous l’avons pourtant interpellée et questionnée à ce sujet.

Les réponses de l’IA-DASEN ne sont pas satisfaisantes.

Il est très inquiétant et incompréhensible de ne pas voir un plan ministériel spécifique pour l’éducation se mettre en place. Aucun moyen complémentaire n’est prévu, ni à court terme ni à moyen terme. Il est également inquiétant qu’aucune réflexion d’ordre pédagogique ne soit envisagée. Nous rappelons pourtant que les élèves qui ont "subi" le confinement et toute la période de mars à juin 2020 devront bénéficier d’un suivi particulier qui nécessitera des moyens, des maitres spécialisés, et des adaptations, dans les années à venir, notamment pour alléger les effectifs.

Quelques réponses au plan local :

- la DSDEN entend notre demande de protection renforcée des AESH (masques chirurgicaux de type 2) à suivre...

- Un CHSCT exceptionnel va se tenir rapidement ainsi que des réunions en quinzaine ou hebdomadaires selon les remontées et les saisines.

- La DSDEN nous indique qu’elle s’assurera du suivi et de l’accompagnement des situations d’écoles et des enseignants, au cas par cas et dans "la bienveillance", conscients du fait que les équipes font leur maximum.

- Le DASEN s’engage à faire part au recteur de l’académie de Lyon de notre demande : nécessité de plus d’enseignants dans la Loire. Il nous indique également "réfléchir à d’autres leviers locaux" pour augmenter la "ressource humaine" dans notre département. Il nous indique qu’un de ces leviers serait "la possibilité de travailler à temps partiel".

Nous invitons donc l’ensemble des écoles à nous faire remonter les problèmes liés à l’organisation et à la mise en œuvre des protocole sanitaire ou vigipirate.

Nous invitons les personnels à saisir le CHSCT départemental en cas de problèmes pouvant mettre en danger leur santé ou celle des élèves.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan