Retour accueil

Vous êtes actuellement : ACTIONS  / Consignes syndicales 


[COVID] Auto-confinement : courrier à votre IEN

mardi 15 décembre 2020

C’est de nouveau par voie médiatique que nous apprenons que l’école ne sera pas obligatoire en cette fin de semaine. Pour bien finir l’année, le SNUipp-FSU42 vous propose une action rapide, symbolique et impertinente : ça défoule !

Une action impertinente : ça défoule

Comme un symbole de cette année hors norme, c’est encore une fois par les médias, à 48h de la date concernée, que nous avons appris les modalités de (dés)organisation de cette fin de semaine. Lundi 14 décembre, le ministère a annoncé que les absences des élèves jeudi et vendredi seront tolérées, afin de les protéger, eux et leurs familles, dans la perspective des fêtes de fin d’année. Mardi 15 décembre, le premier ministre, Jean Castex a confirmé que l’école, ne serait plus obligatoire jeudi et vendredi à la veille des vacances.

Les enfants doivent être à l’école pendant le confinement… Mais peuvent rester chez eux quand on déconfine !

Parce qu’une fois de plus, cette annonce aurait pu être anticipée,(comme cela a été le cas dans d’autres pays ), la fermeture des écoles aurait pu être annoncée clairement s’il y avait là un véritable enjeu de santé publique. Nous risquons de nous retrouver avec des classes incomplètes en cette fin de semaine, désorganisant une fois de plus notre enseignement.

Et cette mesure ne sera pas applicable pour les personnels enseignants ?

Afin de montrer nos ras-le bol et de répondre à ce mépris permanent, nous vous proposons d’envoyer aujourd’hui, le mail ci’après à votre IEN et en copie à snu42@snuipp.fr (Nous ne faisons que nous appuyer sur les propos de notre gouvernement)

Madame l’Inspectrice/Monsieur l’Inspecteur de l’Éducation Nationale,

J’ai appris hier matin, mardi 15 décembre, par la radio, pour la première fois, que les enfants étaient des transmetteurs importants du virus de la Covid, le gouvernement incitant largement les Français à ne pas mettre leurs enfants à l’école le jeudi 17 et le vendredi 18 décembre. Le Ministère de l’Éducation Nationale invite également les établissements à accepter les absences des élèves ces deux jours. L’objectif affiché est l’auto-confinement des français, en prévision des repas familiaux des 24 et 25 décembre. Je ne vous cache pas ma grande surprise, car, personnel de l’Éducation Nationale, ma hiérarchie m’avait jusqu’ici régulièrement expliqué que mes élèves étaient peu ou pas transmetteurs du virus.

Depuis ce matin, le gouvernement, suivant la note du Conseil scientifique du 12 décembre 2020, incite largement les français à effectuer un geste citoyen pour lutter contre la pandémie, en s’auto-confinant à partir du jeudi 16 décembre, notamment en pratiquant le travail à distance. Je souhaite, à l’occasion des fêtes de fin d’année, pouvoir rendre visite à mes vieux parents, que je n’ai pas vu depuis l’été dernier, respectant ainsi scrupuleusement les recommandations du gouvernement.

Ainsi, et pour répondre consciencieusement une nouvelle fois à l’appel du gouvernement à un geste citoyen, je souhaite pouvoir exercer mon service en travail à distance, les jeudi 17 et vendredi 18 décembre 2020. Afin de faciliter cette organisation, je suis prêt à utiliser à titre exceptionnel mon matériel informatique personnel, en attente de ma prime informatique.

Sûr de l’attention que vous porterez à ma demande, veuillez agréer, Madame l’Inspectrice/Monsieur l’Inspecteur, mes respectueuses salutations.

L’école à la carte n’est pas une réponse à l’épidémie

Comme un symbole de cette année hors norme, c’est encore une fois par les médias, à 48h de la date concernée, que la FSU et les personnels ont appris les modalités de (dés)organisation de cette fin de semaine. Lundi 14 décembre, le ministère a annoncé que les absences des élèves jeudi et vendredi seront tolérées, afin de les protéger, eux et leurs familles, dans la perspective des fêtes de fin d’année. Ce matin, le premier ministre, Jean Castex a confirmé que l’école, ne serait plus obligatoire jeudi et vendredi à la veille des vacances.

Y a-t-il encore un pilote dans l’avion Éducation nationale ? Depuis le début de la crise sanitaire, la FSU demande qu’à chaque échéance importante, plusieurs scénarios soient élaborés. Alors que tous les signaux montraient ces dernières semaines que la situation sanitaire ne s’améliore pas aussi vite que prévue, rien n’a été prévu par le ministère. Jeudi 10 décembre, à l’occasion du 3eme point sanitaire depuis le début de l’année scolaire, jamais cette hypothèse n’a été évoquée.

Cette annonce est une nouvelle marque de mépris pour les personnels et pour l’école qui se voit à nouveau désorganisée. Elle va également créer une rupture d’égalité entre les familles qui auront la possibilité de s’organiser pour garder leurs enfants et ainsi protéger les grands-parents et celles qui ne pourront pas car leur situation professionnelle ne leur permet pas.

Par cette annonce, le gouvernement reconnaît implicitement, après avoir nié pendant des semaines cette évidence, que les écoles, collèges, lycées et CIO sont des lieux de circulation du virus et de contamination. La FSU exige donc des réponses sérieuses et responsables à la gravité de la situation sanitaire.

• La situation des personnels pour la fin de semaine doit être précisée.

• Le conseil scientifique alerte sur le caractère très sensible du mois de janvier:l’épidémie ne s’arrêtera pas après les vacances, elle pourrait même au contraire s’amplifier suite aux fêtes de fin d’année. La FSU renouvelle sa demande : différents scénarios doivent être préparés et discutés, notamment l’hypothèse d’un renforcement du protocole sanitaire et ses implications organisationnelles.

L’école a aussi besoin d’un plan d’urgence comprenant un recrutement massif de personnels d’enseignement ou exerçant des missions d’éducation ou d’accompagnement.

Le gouvernement doit d’urgence agir et apporter des réponses pérennes probantes et rapides permettant de poursuivre l’école en présentiel sous pandémie.

Communiqué de presse FSU Les Lilas, le 15 décembre 2020

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

SNUipp-FSU 42
Bourse du travail
4 cours Victor Hugo
42028 Saint Etienne cedex

Tél
Saint Etienne 04 77 41 33 21 04 77 41 56 45 snu42@snuipp.fr
Roanne 04 77 71 16 69 snu42a@snuipp.fr


Agrandir le plan